Les différentes mémoires et leurs fonctions

Parce qu’il est important au quotidien de se souvenir de l’adresse de son lieu de travail, de comment se brosse-t-on les dents, ou encore quel est le prénom de ses parents, afin de construire son identité, interagir avec son entourage ou simplement vivre dans son environnement, la mémoire est essentielle dans nos vies. Elle est sollicitée plusieurs fois par jour et dure plus ou moins longtemps. La mémoire regroupe plusieurs sous-types de mémoire qui ont chacune un rôle et un fonctionnement différent.

 

Tout d’abord, d’après notre amie la rousse, la mémoire se définie comme une activité biologique et psychique qui permet d’emmagasiner, de conserver et de restituer des informations. Il faut d’abord savoir qu’il y a plusieurs types de mémoire que l’on distingue en fonction de la durée du souvenir disponible (sur un court ou long terme), du type de souvenir (une connaissance générale, un évènement personnel ou un mouvement bien appris).

La mémoire à court terme ne dure seulement que quelques secondes. C’est elle qui nous permet de suivre une conversation et d’y participer en se souvenant de ce que notre interlocuteur vient de nous raconter. Elle dépend donc beaucoup de notre attention et on y distingue la mémoire de travail qui permet de manipuler l’information. Par exemple lors d’un calcul mental, contrairement à la mémoire à court terme simple qui permet uniquement de mémoriser mais pas de modifier l’information. Il y a une différence entre retenir les chiffres 2 et 6, et calculer 2+6, bien que pour le calcul il faut tout de même que je me souvienne de ce que « 2 » et « 6 » signifient en plus de pouvoir en modifier le sens final : 2+6 = 8.

La mémoire à long terme nécessite la plupart du temps de se rappeler le souvenir pour pouvoir le garder sur une longue durée, ou bien, le souvenir doit être particulièrement marquant. Dans cette catégorie, on y distingue deux grands sous-types : la mémoire non-déclarative et la mémoire déclarative. Dans la mémoire non-déclarative (non verbale), il y a la mémoire procédurale. Faire du vélo, du ski, ou savoir passer les vitesses d’une voiture tout en coordonnant les pieds pour appuyer de manière adéquate sur les pédales, sont des mouvements appris par cœur par notre cerveau. Une fois appris, il peut se passer plusieurs années sans effectuer ses mouvements, vous n’aurez pas à les réapprendre, seulement à réactiver les circuits neuronaux qui les ont enregistrés.

La mémoire déclarative comprend la mémoire sémantique qui contient uniquement nos connaissances générales sur le monde, par exemple le nom de la capitale de l’Angleterre, où se trouve le continent Africain sur la planète Terre, quelle langue parle les brésiliens, que s’est-il passé en 1515, etc. Enfin, il y a la mémoire épisodique, comme son nom l’indique, elle contient tous les épisodes, ou évènements, de notre vie. C’est l’une des mémoires les plus complexes car elle met en jeu tous nos sens et différents types de souvenirs. Par exemple lors d’un repas en famille, vous pouvez vous souvenir quelles personnes étaient présentes, leur visage à ce moment-là, ce que vous avez mangé, l’odeur de la nourriture et parfois même son goût, les sons qui vous entourent comme les voix de vos proches, les sujets de discussion que vous avez eus etc.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *